Alors que les agents procèdent au décompte des carcasses de pélicans juvéniles morts, des prélèvements ont été envoyés au laboratoire. L’analyse des échantillons devrait permettre d’élucider sur la nature de la contamination. La forte mortalité touche principalement des pélicans juvéniles, la direction du Parc dément les chiffres avancés à travers la presse. Pourtant, des sources conjointes font état de plus d’un millier d’oiseaux.

« Les rumeurs sur une présumée infection de la grippe aviaire ne sont pas fondées puisque les résultats ne sont pas encore connus », signale notre interlocuteur. Il faut noter qu’en plus de l’empiètement et l’étranglement de l’unité écologique par des casiers rizicoles drainant toute sorte de rejets, le Djoudj affronte la propension de végétaux aquatiques et le braconage. Plusieurs facteurs mettent cette niche écologique en danger.

Author: S. N. NIASS

28 thoughts on “

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.