Retro: 2021, Une Année Macabre Pour Le Sénégal

La série noire de 2021 aura duré jusqu’au bout : la succession de disparitions de personnalités de la religion, de la culture et des sports, en ces derniers mois de l’année qui s’écoule, nous rappelle les décès en cascade en période de pandémie du coronavirus. Au-delà de l’anecdote, ces décès successifs soulignent un fait : l’année a pris des airs macabres.

Le Khalife des Layènes et celui de Thiénaba rappelés à dieu la même nuit

Il était reconnaissable à ses turbans noir et blanc de la même couleur que le boubou. Serigne Baye Abdoulaye Thiaw Laye a quitté ce bas-monde, le 9 août 2021, après 20 ans à la tête du khalifat de son grand-père Seydina Limamou Laye. À 95 ans, le 5ème khalife général des Layènes a laissé derrière lui une communauté profondément sous le choc.

Un moment qui aura été particulièrement meurtrier pour le monde religieux, avec le décès la même nuit, du Khalife général de Thiénaba Seck. Serigne Abdourahim Seck est décédé à l’âge de 83 ans, après juste un an et deux mois à la tête de la cité religieuse. L’annonce était venue du Maroc, où se trouvait ce « fervent défenseur de l’orthodoxie de la tradition musulmane ». Le legs est désormais entre les mains de Serigne Assane Seck, son successeur.

Et la série noire des personnalités religieuses a repris quelques heures avant la fin du mois d’août, avec le rappel à Dieu du guide des Baye Fall. Serigne Cheikh Dieumb Fall a rejoint les cieux le 31 août à l’âge de 95 ans, à Mbacké. Il aura profondément marqué le monde de la religion, en étant l’avant-garde de tous les chantiers de la confrérie mouride, grâce à son engagement.

Thione, la voix off du mois de mars 2021

Il avait assis sa notoriété grâce aux envolées lyriques du Raam Daan, ce groupe de musiciens à l’humour déjanté entré dans le patrimoine culturel de la musique sénégalaise. Avec ses camarades, Thione Ballago Seck a participé à la réalisation de plusieurs dizaines d’albums.

Un répertoire auquel il se consacrait depuis les années 1970, mais qui ne l’aura jamais empêché de défendre l’héritage de l’Orchestre Baobab, où il avait déjà affûté son art et aiguisé sa plume.

Le père de Waly Seck restera surtout connu pour son engagement en faveur de la musique de ses contemporains et de celle des années 70, de Ndiouga Dieng à Laye Mboup. Aux côtés de ces grands noms du Mbalax, Thione comme l’appelaient affectueusement ses fans, était connu pour être un parolier.

Le lead vocal du Raam Daan est décédé le 14 mars 2021, à l’hôpital Fann de Dakar des suite d’un malaise. Il emporte avec lui un disque d’or décerné par la famille Jackson et un projet de plusieurs albums était en préparation.

Hissène Habré emporté par la Covid-19

Hissène Habré est décédé le mardi 24 août 2021, à l’âge de 79 ans de la Covid-19, laissant derrière lui l’image d’un dictateur. Hissène Habré, 79 ans, a été condamné le 30 mai 2016 à la prison à vie par le juge des Chambres africaines extraordinaires (CAE). C’était à l’issue d’un procès mouvementé à la fin duquel, l’ex dictateur, qui a dirigé le Tchad de 1982 à 1990, a été déclaré coupable de crimes contre l’humanité, viols, exécutions, esclavage et enlèvement. De l’exil à Dakar, en passant par son procès devant les CAE, jusqu’à la condamnation à vie, l’ex-président tchadien était arrivé au pouvoir au Tchad par les armes, avant d’être chassé du pays en 1990 par ces mêmes armes.

Doyen Samba Sall rejoint le juge suprême

Le décès du Doyen des juges d’instruction du TGI de Dakar a pris tout le monde de court. En effet, c’est après avoir instruit plusieurs dizaines de « gros dossiers » que le magistrat instructeur a rejoint le Juge suprême, le jeudi 8 avril 2021, à l’hôpital Principal de Dakar.

Meneur obstiné des enquêtes sur les affaires politico-judiciaires, l’ancien président du tribunal d’instance de Kaolack, considéré comme le « tombeur » de plusieurs délinquants, avait d’abord été avocat au Cabinet de feu Me Moustapha Diop.

Originaire de la Région de Kaolack, le défunt juge d’instruction est un pur produit de l’école sénégalaise. Il est issu de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

De la promotion 98, du Centre de formation judiciaire (Cfj) qu’il avait intégré en 1997, le juge Samba Sall avait quitté le Barreau sénégalais pour intégrer la magistrature.

Juge d’instruction chargé du deuxième Cabinet du Tribunal de grande instance hors classe de Dakar, il avait instruit l’affaire Thione Seck, un des dossiers qui avait contribué à asseoir sa renommée. Quelques heures après l’annonce de son décès, les acteurs de la Justice ont salué un « homme discret », un « juriste brillant » qui a « consacré sa vie à l’État de droit ».
La disparition du magistrat instructeur, nommé il y a 6 ans, lors de la réunion du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM), en 2015, avait fait réagir de nombreux avocats des droits de l’Homme, à l’instar de Me Pape Leyti Ndiaye, bâtonnier de l’Ordre.

L’ABC de la série noire de 2021

Première personnalité d’une liste d’hommes politiques disparus en 2021, il incarnait l’image du politicien modèle, une étiquette à la hauteur de son statut de membre fondateur du parti au pouvoir.

Me Alioune Badara Cissé, est décédé dans la journée du samedi 28 août 2021. Médiateur de la République jusqu’au 5 août dernier, ABC a été emporté par la Covid-19 et repose désormais à Touba.

Il a tout le temps symbolisé une « éloquence » et un « talent d’avocat » parfois « féroce », mais aussi avec « beaucoup d’humour ». Ses confrères racontaient l’ex-médiateur de la République (comme) un « homme libre ».

« ABC » incarnait, jusque dans son style d’un autre temps, l’archétype des « stars » du Barreau, dont il fut l’une des figures pendant plus d’un demi-siècle.

Et qui, par conséquent, n’avait pas la langue dans sa poche. Ses observations mordantes au sujet du gouvernement faisaient le plaisir des médias, ces dernières années. Il ne ménageait pas ses camarades de parti en critiques acerbes lors de ses multiples sorties.

Double Less rejoint Mbaye Gueye, laissant transparaître la tristesse des amateurs

Ils ont tiré leur révérence non sans avoir réussi de leur vivant à éclairer les amateurs de lutte sur leur combat avorté. L’ancien champion de lutte, surnommé premier «Tigre de Fass», est décédé le samedi 7 août à son domicile à Fass Mbao, des suites d’une longue maladie.

Il a été victime d’un accident cardio-vasculaire qui l’avait cloué au lit depuis plus d’une année. Le grand-frère de Moustapha Guèye était jusqu’à sa mort chef du quartier, où il vivait depuis 1986. Mbaye Guèye qui était âgé de 75 ans, a marqué la lutte avec frappe par sa technique, sa fougue, son courage.

Son nom restera associé à celui de Mamadou Sakho alias Double Less, l’ancienne gloire de la lutte sénégalaise, décédé le dimanche 5 septembre à son domicile. Le père de l’ancien roi des arènes, Balla Gaye 2, et Sa Thiès a succombé d’une longue maladie.

Le décès de l’ancien champion de lutte et ancienne gloire avait fait réagir le chef de l’État, Macky Sall, qui garde en souvenir « son élégance et sa technique ».

Lamine Diack, le sport perd un grand pionnier

Cette année aura été particulièrement meurtrière pour le monde des sports. Au cours de cette année particulière, de nombreuses personnalités du monde du sport, de Lamine Diack à Joseph Koto, se sont éteintes.

Ancien président de la fédération internationale d’athlétisme pendant seize ans et grande figure du sport pour avoir révolutionné l’IAFF, il n’a pas survécu à une vieillesse mouvementée. Lamine Diack est mort dans la nuit de jeudi à vendredi 3 décembre 2021, à Dakar, à l’âge de 88 ans, sans que la cause du décès n’ait été précisée.

Le dirigeant sportif était rentré au Sénégal en mai 2021, après la levée de l’interdiction de quitter le territoire français prononcée à la suite de sa condamnation en septembre 2020 à quatre ans de prison (dont deux ans ferme) pour des faits de corruption.

Lamine Dieng et Koto perdent leur dernier match

Le 7 décembre 2021, l’opinion venait d’apprendre le décès de Lamine Dieng, à l’âge de 71 ans. Le technicien était un adepte du beau jeu comme il l’a démontré avec l’équipe nationale du Sénégal qu’il a dirigé deux fois entre 1992 et 1993, puis en 1996, avant de prendre les rênes du Jaraaf, de l’Us Gorée, de l’As Douanes, l’Us Ouakam, NGB et le club marocain du Maghreb de Fès.

Le monde sportif, et principalement celui du foot, a aussi perdu Joseph Koto. L’ancien international et sélectionneur des Lions est décédé le jeudi 14 octobre, suite à un malaise. Une nouvelle brutale pour le monde sportif. Les amateurs n’en reviennent toujours pas. Un choc surtout pour les fans de la Jeanne d’Arc…

Author: S. N. NIASS

109 thoughts on “Retro: 2021, Une Année Macabre Pour Le Sénégal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.