LÉONA NIASSÈNE, Les Risques D’une Tension Entre Autorités

A l’origine, une convocation de la police interpellant l’imam de la mosquée de Léona Niassène en l’occurrence Arabi NIASSE et son adjoint Mouhamed NIASSE, qui a failli tourné au drame. 

Selon nos sources, il leur est reproché la tenue de la prière des deux rakas du vendredi dans la mosquée de Leona Niassène, bravant ainsi l’arrêté ministériel N° 007782 DU 13 MARS 2020, interdisant les manifestations ou rassemblements de personnes dans les lieux ouverts ou clos.
Ceci pour mieux lutter contre la propagation du COVID19.
Informé de cette situation, le Khalifa général de Léona Niassène Cheikh Ahmad Tidiane Khalifa NIASSE n’a pas tardé à voler à la rescousse de ses fidèles. Quelques minutes après, c’est tout un monde qui inonde les alentours du commissariat, réclamant la libération de l’imam et de son second. Il s’en est fallu de peu que la justice du grand public s’en mêle. Ce qui aurait changé la tournure pour ainsi virer au désordre.

Toutefois les risques de tensions demeurent toujours dans cette partie de la région de Kaolack, à la surprise générale, le Khalife de Léona Niassène opposant catégoriquement à la fermeture de la mosquée, et a déclaré, à sa sortie des locaux de la police centrale, la tenue prochaine de la prière du vendredi..
Ahmad Khalifa NIASSE, guide religieux, connu pour ses sorties parfois très critiques à l’endroit de ses pairs de la religion, et frère dit-il ‹‹ de même pere ›› du Khalife de Léona, vient de lancer un appel au calme, arguant à la famille d’éviter toute défiance envers l’état.

Author: La Rédaction

195 thoughts on “LÉONA NIASSÈNE, Les Risques D’une Tension Entre Autorités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.