Operation-Tabaski, la Covid19 ralentit tout

Les opérations-tabaski qui animaient Dakar des mois avant l’Aïd el-Kebir se ressentent moins cette année à cause de la COVID19. La routine des revendeurs de moutons destinés au sacrifice abrahamique consistait à se rendre dans les zones reculées pour y dénicher de belles bêtes, de quoi se faire d’alléchants bénéfices. Cette année le couvre-feu qui bloquait la circulation inter-régionale et internationale a ralenti l’importation à Dakar de moutons.

Aujourd’hui, le ministre de l’élevage a décrété l’assouplissement du contrôle des camions transportant des moutons vers le Sénégal. Malgré la réduction du contrôle au strict nécessaire et l’exonération des droits de taxes sur les moutons, les éleveurs du Mali, de la Mauritanie, de la sous-région en général, peinent à atteindre le marché Dakarois. Ceci est dû à l’interdiction des déplacements transfrontaliers imposée par leurs pays d’origine.

Aujourd’hui, les points de ventes comme liberté 5, Sacré Cœur,Hlm et la Foire, qui se remplissaient de moutons à l’approche de la tabaski passent par une période des vaches maigres.

L’inquiétude se ressent chez les acheteurs comme les commerçants. Pour les uns : comment accomplir le sacrifice d’Abraham cette année malgré une hausse des prix éminente et la baisse des revenus due à la crise ?Pour les autres : Comment survivre l’impact de la covid19 sur leur revenu?

 

 

Author: S. N. NIASS

437 thoughts on “Operation-Tabaski, la Covid19 ralentit tout

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.